Cuvée 2016

En 2016, l'Ingénieur Liberté a chevauché à travers les grandes plaines de l’Ouest américain en quête de pépites, de mythes et de coyotes. Il en est revenu avec un nouveau texte à traduire.

C'est un chant sans auteur, aussi vagabond qu'un trimardeur, qu'on fredonna ce printemps. Il avait le goût de l'Amérique épique toujours perdue jamais trouvée, cet aigre-doux que connaît bien l'Ingénieur Liberté.

Root Hog or Die !

Le texte de la cuvée 2016

A Philosophical Cowboy

(Anonyme)

On the Double Circle Range where the grass grows green
The cattle get wild and the broncs get mean
And the calves get bigger as the days go by,
So we got to keep a-rimming, boys, it's root hog or die.

In the morning after breakfast about daylight;
Throw your saddle on a horse and pull your cinches tight
Your bronc may jump crooked or he may jump high
But we all got to ride them, boys, it's root hog or die.

Oh, the hills are rough and rocky but we got to make the drive
When you start a bunch of cattle you better come alive
If you ever get a maverick you must get him on the fly
So you better take to them, boys, it's root hog or die.

When the long day is over you'll be glad to see the chief
With a pot of black coffee and another full of beef
And some sour dough biscuits to take the place of pie
When he hollers, "Come and git it," it's root hog or die.

In the middle of the night it is sometimes awful hard
To leave your warm blankets when you're called on guard
And you pass the weary moments while the stars are in the sky
Humming to the cattle, boys, it's root hog or die.

Sometimes it's dreadful stormy and sometimes it's pretty clear
You may work a month and you might work a year
But you can make a winning if you'll come alive and try
For the whole world over, boys, it's root hog or die.


Texte tiré de Cowboy and Western Songs, Fine & Fine, tous droits réservés


Palmarès 2016

Un Cowboy Philosophe

Dans les monts de Double Circle, sur les plateaux herbeux
Les vaches se font farouches et les broncos nerveux
Et comme les jours passent, les veaux font du gras,
Faut qu’on rassemble tout ça, mon gars, bourrine et tais-toi.

Une fois qu’t’as cassé la croûte au petit matin
Lance ta selle sur un cheval et sangle-la bien
Que ton bronco s’braque, bondisse ou tournoie
Faut qu’on les chevauche tous, mon gars, bourrine et tais-toi.

Oh, les collines sont rudes et dures mais quand faut y aller, faut y aller
Maint’nant qu’t’as tout un tas d’bestiaux, y vaut mieux t’bouger
Si jamais t’attrapes un maverick, chope-le fissa
Vaut mieux qu’tu leur ramènes, mon gars, bourrine et tais-toi.

Tu s’ras ravi d’voir le chef à la fin d’la journée
Avec une gamelle de barbaque et une aut’de café
Et des petits pains au levain – la tarte, y en a pas
Quand il beugle « Eh ben, viens t’servir », bourrine et tais-toi.

Des fois c’est rudement dur d’lâcher ton plaid chaud
Quand en pleine nuit faut qu’t’ailles surveiller l’troupeau
Et là, fourbu et las, tu fredonnes tout bas
Sous les étoiles, pour le bétail, bourrine et tais-toi.

Des fois y fait plutôt beau et des fois sale temps
Ça s’peut qu’tu bosses un mois, ça s’peut qu’ça dure un an
Si tu te lèves le maffre, tu peux t’faire du blé crois-moi
Mais comme tout le monde ailleurs mon gars, bourrine et tais-toi.

Traduction de Juliette Mouïren

Du texte pour aligner les 3 textes ensembles, mais invisible invisible invisible

Phallonesome Cow-boy
(ou : le Cow-boy file au sofa)

Aux terres du Double O les herbes sont un rêve
et les têtes sauvages et les broncos vicieux
Les veaux compt' un printemps comme filent les cieux
Serre les fesses, Dégun, tire ou crève

Le jour vient à point à qui n'a pas dormi
enfourche ta cavale, cingle et sangle-la bien
Qu'elle fasse un écart ou sa bouche le O
du moment que tu la montes, Dégun, tire et puis jouis

Oh rudes ces collines mais ces monts si laiteux
quand tu mènes la horde faut pas fermer les yeux
Celle qui n'est pas marquée tu la prends par la main
tu la mets où il faut et elle t'a dans la peauooo

Eeeet… le soleil se couche et le cuistot te tend
un pot de café noir et un steak plutôt bleu
et des biscuits pour chien qui vous cassent les dents
quand il te braille "Mange", ou t'avales ou tu rends

A la mi de la nuit pas le choix tu te lèves
pour que tu prennes ton quart un tiers te sort du pieu
Hélas, et au lasso tu captures les étoiles
et fredonnes au troupeau : Dégun, tire ou bien crève

Cinq coups sous l'ouragan, un autre comme en printemps
tu peux trimer un mois ou bosser tout un an
mais tu n'auras gagné que si battent tes rêves
Par tout le vaste monde, c'est : Dégun, tire et crève.

Traduction d'Alain Adaken

Ce texte était assorti d'une note du traducteur que vous pouvez lire ===> ici

Du texte pour aligner les 3 textes ensembles, mais invisible invisible invisible

La cow-girl philosophe

Dans les étendues indomptées et verdoyantes,
Les boeufs t'affolent et les étalons te tourmentent,
Tandis qu'les veaux poussent et jouent les gros bras.
Remets-les dans le droit chemin, cow-girl, sois libre et ouvre-la...

Au lever du jour, p'tit déj' avalé,
Bien à l'aise dans tes bottes et ta ceinture bouclée,
Entre dans l'arène, pare les ruades, cahin-caha !
Reste en selle, cow-girl, sois libre et ouvre-la.

Oh, la rue est hostile et pleine de goujats.
Si tu veux mener, envoie leur donc du lourd,
Botte le train des mâles les plus cabourds.
T'as intérêt à tenir tête, cow-girl, sois libre et ouvre-la.

Ta longue journée s'achève, soulagée de retrouver ton mec,
Tu partages avec lui un café noir et un bon steak.
Quand y t'lance : « viens, y a d'quoi manger », yeehaw !
Tu sais que t'es dans l'bon, cow-girl, sois libre et ouvre-la.

Au beau milieu d'la nuit, à ton tour de veiller.
Vraiment quelle galère de quitter ton lit douillet.
Sous la grande ourse, tu fredonnes une berceuse au p'tit gars,
C'est le jeu, cow-girl, sois libre et ouvre-la.

L'horizon est parfois sombre, parfois dégagé,
Rien n'est jamais acquis, faut qu'tu restes aux aguets,
Mais lutte, résiste et tu t'imposeras.
Le monde est à toi, cow-girl, sois libre et ouvre-la !

Traduction de Marion Pollart et Laure Clément

Ce texte était assorti d'une interprétation que vous pouvez écouter ===> ici

Du texte pour aligner les 3 textes ensembles, mais invisible invisible invisible